Cogito,entraide et échanges sur la philo

méthodes de devoirs,sujets-corrigés, dossiers thématiques, travaux d'élèves, expos, conseils de lecture...
 
AccueilAccueil  GalerieGalerie  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 synthèse d'Alicia, Anne-Claire et Eloïse

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
N. Vauthier (Admin)
Admin
avatar

Nombre de messages : 393
Date d'inscription : 19/09/2005

MessageSujet: synthèse d'Alicia, Anne-Claire et Eloïse   Jeu 9 Fév - 8:38

Frouin Alicia
Gelineau Anne-Claire
Billaud Eloïse

Pourquoi travailler ?


Depuis toujours, l’homme a besoin de travailler pour assurer ses besoins vitaux. Le travail est alors une nécessité pour tous les hommes. Mais la question “pourquoi travailler ?” a des réponses différentes selon les cultures et les peuples. Tout d’abord, “pourquoi” signifie pour quelle cause, pour quelle raison et pour quel motif. Sont-elles toutes d’ordre intellectuelles ? Le travail est-il un simple moyen, une simple raison de vivre ?

I- Définition

Le travail : Activité de transformation de la nature, propre aux hommes, qui les met en relation et qui est productrice de valeur. Selon Marx, le travail humain contribue à transformer l’homme tout autant que la nature. En effet, contrairement à l’animal qui agit par pur instinct, l’homme détermine dans sa conscience le but qu’il veut atteindre avant de le réaliser. Le travail salarié constitue selon Nietzsche, “la meilleure des polices” : “ il tient chacun en bride et s’étend à entraver puissamment le développement de la raison, des désirs, du goût de l’indépendance”.

II-Les différentes conceptions du travail

En ce qui concerne l'homme occidental, le « Blanc », il a une conception du travail bien particulière. Tout d'abord, l'homme occidental, en majorité, considère le travail comme une nécessité pour gagner sa vie. Son but est purement économique. Malinowski dans son texte existe-t-il des peuples paresseux tiré de son livre Les Argonautes du pacifique occidental dit : « l'homme [est] habitué à penser en termes de théorie économique courante [donc il] appliquera naturellement les conceptions de l'offre et de la demande du travail ». En effet, le « Blanc » comprend le travail dans une conception « de l'offre et de la demande ». (Ainsi, lorsqu'il y a beaucoup de demandes et peu d'offres, le chômage augmente.)
Par contre, d'autres civilisations comme les indigènes, ne considère pas le travail comme un but économique, contrairement aux occidentaux. Les indigènes, eux, sont motivés par leurs coutumes, leurs traditions et donc ne voient pas le même intérêt à travailler que les « Blancs ». Ainsi, lorsque les occidentaux proposent un travail bien rémunéré à ceux-ci, les indigènes accepteront mais pas par rapport au gain final.

Il existe une autre civilisation qui a une autre conception du travail, complètement différente: les chasseurs-cueilleurs. Ce peuple est considéré comme un peuple cherchant uniquement à assouvir ses besoins vitaux. Leur journée se résume à chercher de la nourriture et à l'utiliser afin de survivre une journée de plus. Le reste du temps, ils dorment ou pratiquent des loisirs pour se détendre. Ils sont obligés de chercher leur nourriture car il n'existe pas de système économique leur permettant de travailler et donc de gagner de l'argent comme dans les pays occidentaux. (entreprises, patrons...) Mais s'ils le voulaient vraiment, ils pourraient améliorer leurs conditions de vie en développant par exemple l'agriculture.
Ainsi, il existe différentes conceptions du travail selon les peuples et les sociétés. Les occidentaux sont contraints à travailler afin de survivre alors que les « chasseurs-cueilleurs » se suffisent du minimum. Cette culture montre que le travail rémunéré n'est pas essentiel. Il existe d'autres moyens pour survivre tel que la chasse. Il faut profiter de la vie et ne pas voir que par l'argent.

III-L’évolution du travail au cours du temps

Avant 1848 et la révolution industrielle, il y avait seulement quelques salariés(2 ou 3 domestiques) qui travaillaient pour leur patron. Il n’y avait pas d’industrie.
Le droit du travail pour Lafargue dans son texte "Y a-t-il un droit à la paresse ?" tiré de son livre le droit à la paresse est considéré comme dégradant. Il écrit : « honte au prolétariat français » qui réclame un droit du travail. Ils l’obtiennent en 1948 avec la Déclaration universelle des droits de l’homme. Cette déclaration dit dans article XXIII :

1° Toute personne a droit au travail, au libre choix de son travail, à des conditions équitables et satisfaisantes de travail et à la protection contre le chômage.
2° Tous ont droit, sans aucune discrimination, à un salaire égal pour un travail égal.
3° Quiconque travaille a droit à une rémunération équitable et satisfaisante lui assurant, ainsi qu'à sa famille, une existence conforme à la dignité humaine et complétée, s'il y a lieu, par tous autres moyens de protection sociale.
4° Toute personne a le droit de fonder avec d'autres des syndicats et de s'affilier à des syndicats pour la défense de ses intérêts.

Dans les années 1930, les Français obtinrent une retraite rémunérée. En 1936, avec l’arrivée au pouvoir du Front Populaire, les Français obtinrent à la suite des accords Matignon le 7 juin 1936 : 2 semaines de congés payés, une semaine de 40 heures.
Maintenant, les hommes veulent travailler moins mais en gardant le même salaire. En décembre 1999, les salariés et fonctionnaires ont obtenu du gouvernement français un temps de travail de 35 heures. Dans notre société, le travail est un moyen de reconnaissance.

Quelle que soit l’époque de laquelle on parle, le travail, quel qu’il soit a toujours été essentiel à la vie de l’homme car cela lui permet de vivre : manger directement ( travail = chasse) ou être rémunéré pour son travail et pouvoir ensuite acheter de la nourriture et des vêtements.

IV-Point de vue du philosophe Nietzsche sur le travail

Le philosophe Nietzsche apporte une approche sur la question : « pourquoi travailler ? »
Dans un texte tiré du livre Le gai savoir intitulé Travail – Ennui – Joie, Nietzsche désigne deux types d’hommes, les premiers, les plus nombreux sont ceux pour qui le travail est un moyen et non un but. Le choix du travail n’a peu d’importance pourvu qu’il procure un gain abondant.

Les autres plus rares d’après Nietzsche tels que les artistes, les contemplatifs et les oisifs recherchent dans le travail la joie et le plaisir. Cependant ces hommes sont minutieux et difficiles à satisfaire car pour eux le travail est le gain le plus important ; même si il est dure et qu’il peut entraîner « l’appauvrissement, le déshonneur, les dangers pour la santé et pour la vie il est nécessaire. » De plus l’ennui est indispensable pour que leur travail soit un plaisir. Ainsi « chasser l’ennui de n’importe quelle façon, cela est vulgaire, tout comme le travail sans plaisir est vulgaire. »

Chaque individu trouve une source de motivation différente dans le travail. Grâce au travail, l’homme peut s’assurer une indépendance ( financière ) qui lui permet de survivre dans une société. De plus, les civilisations ont des conceptions différentes du travail. Il peut être un moyen de s’enrichir intellectuellement, ce qui provoque une satisfaction personnelle ou un enrichissement financier. L’homme est reconnu dans sa société grâce au travail qu’il fourni. C’est pourquoi il faut travailler.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://cogito.forumculture.net
 
synthèse d'Alicia, Anne-Claire et Eloïse
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Cogito,entraide et échanges sur la philo :: Réflexions des élèves (par groupes ou personnelles) Archives :: Réflexion sur les techniques et le travail par les Term S1 (2005-2006) :: Pourquoi travailler ?-
Sauter vers: