Cogito,entraide et échanges sur la philo

méthodes de devoirs,sujets-corrigés, dossiers thématiques, travaux d'élèves, expos, conseils de lecture...
 
AccueilAccueil  GalerieGalerie  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Connaissance-croyance: Cindy, A-Charlotte, Roschanack, Sarah

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Sarah



Nombre de messages : 4
Date d'inscription : 05/09/2006

MessageSujet: Re: Connaissance-croyance: Cindy, A-Charlotte, Roschanack, Sarah   Dim 21 Jan - 12:49

Groupe n° 6 : Pourquoi la croyance résiste-elle si bien à la raison?
( Anne-charlotte, Cindy, Roshanack, Sarah)

Introduction:
Dans l' ancien temps, il s' avère que l' Homme a toujours voulu prévilégier la croyance plutôt que le savoir ou même la raison. Or le temps a évolué tout comme nos savoir sur différents domaines , cependant certaines personnes demeurent encore dans leur croyance faisant abstraction de la raison. Par exemple, l' Homme a cru qu' il existait des races notamment à cause de la couleur de peau. C' est alors que beaucoup de personnes ont souffert, par exemple avec l' esclavage censé être justifié par cette différence, alors que scientifiquement on a démontré l' existence d' une unique espèce chez l' Homme. Malgré cela leur croyance résiste . Alors pourquoi la croyance résiste-elle si bien à la raison? Et pourquoi l' Homme a-t-il ce besoin de croire? C' est ce que l' on étudiera dans notre développement en commençant par préciser les définitions puis ensuite les problématiques.








  1. Les notions clefs du sujet:


Pour pouvoir traiter ce sujet, il faut d' abord commencer par définir certains termes qui seraient succeptibles de nous géner par la suite. On devra alors parler du savoir qui est souvent confondu avec une autre notion que l' on définira par la suite.


A ) La définition du savoir.
On a souvent tendance à confondre le savoir et la connaissance or ils ne signifient pas la même chose car le savoir est le fait d' être instruit sur la nature ou sur la pratique de quelque chose . De plus, le savoir concerne toutes les choses qui peuvent toucher de près ou de loin à un même domaine c' est à dire la nature de celui-ci ainsi que toutes les actions se liant à celui-ci. On peut alors illustrer cette idée avec la natation où l' on peut savoir quelque chose sur les accessoires mais aussi sur les différentes manières de nager. Ainsi le savoir est l' ensemble des discours, des pratiques, des méthodes d' investigation, totalement opposé à la notion de croyances ou d' opinions. Par la suite, il faut préciser que l' observation et l' expérience contribuent à la formation de notre savoir.


B ) Définition de la connaissance.
La connaissance est une activité théorique et désintéressée , c' est un pur désir de savoir. Pour définir ce mot on a deux théories opposées qui sont l' innéisme et l' empirisme. Pour cette première, toutes les connaissances qui sont dans notre esprit sont pour nous comme des "semences de vérité" et nous paraissent comme des évidences immédiates. Les sophistes disent que c' est "la connaissance subjective de chacun". Pour la seconde théorie qui est l' empirisme, elle nous explique que toutes les connaissances sont dues au vécu, aux expériences, aux sensations. C' est donc une construction élaborée par l' intelligence à partir des matériaux sensibles. Cependant, certaines personnes pensent qu' on ne peut pas connaître les choses en elles-mêmes mais seulement les phénomènes. C' est ainsi qu' ils expliquent que tout ce qui est d' ordre métaphysique ne peut être connu puisque ce domaine échappe à toutes expériences. Mais d' autres personnes pensent que connaître consiste à dépasser les apparences pour saisir les essences absolues.


C) Définition de la raison et du rationalisme.
La raison est le propre de l' Homme, elle commande la pensée, le langage, la moralité, la connaissance. Cette dernière permet de juger. C' est la base du rationalisme . Ce rationnalisme est totalement opposé à la notion de scepticisme, de foi, de mysticisme, de superstitions. Pour résumer, le rationnalisme est une notion qui peut résister au doute et il est totalement indépendant de l' expérience.


D ) Définition de la croyance.
La Croyance est la disposition de l'esprit qui admet quelque chose, qui adhère à une doctrine, une idéologie ou une théorie sans véritable fondement rationnel. On peut alors associer ce terme à l'opinion, l'idée, l'adhésion, la pensée, l'affirmation, la théorie, le dogme… Les croyances sont souvent dirigées par naïveté, préjugés, erreurs, foi et opinion et parfois même par le savoir qui peut être erroné.

E ) Définition de l' illusion et du désir.
L'illusion est une fausse perception sensible produite par un stimulus réel.
Le désir, c'est l'espoir d'une satisfaction, d'une promesse que l'imagination illimite : fin déjà visée et pour ainsi goûtée à la présence d'une satisfaction éprouvée dans l'espoir. Le désir est alors travaillé par l'imagination et désigne cette tendance propre à l'homme qui le pousse vers le superflu, voire l'inutile, et qui ne peut être comblée. En résumé, le désir est alors la prise de conscience d'un manque, dont la satisfaction procure du plaisir.

F ) Définition de la vérité.
La vérité concerne l'ordre du discours, et il faut en cela la distinguer de la réalité. Elle se définit traditionnellement comme l'adéquation entre le réel et le discours.
La philosophie, parce qu'elle la recherche, pose le problème de ses conditions d'accès et des critères du jugement vrai.

G ) Définition de la superstition.
La superstition est un terme qui désigne la croyance aux présages, croyance selon laquelle il serait possible de prévoir l'avenir en décelant dans le présent les signes annonciateurs provenant de causes surnaturelles. Spinoza explique alors que " si ce n' est ceux qui, fermant leurs oreilles à l' entendement, se laissent détourner par la superstition, superstition si hostile à la droite raison qu'elle ajoutera plutôt foi à de vieilles femmes"









  1. Pourquoi la croyance résiste-t-elle si bien à la raison? Et pourquoi les Hommes croient-ils ?
Ces deux questions ne peuvent être traitées individuellement puisqu' elles possèdent en réalité des explications qui sont similaires.


A) Une croyance inconsciente de l' Homme:


Pour commencer à traiter ce sujet, il semble nécessaire de parler de l' éducation. En effet, l 'éducation y est pour beaucoup dans la croyance. Lorsque l'on est petit, on nous fait croire que c'est le père Noël qui apporte les cadeaux le 25 décembre et que ce sont ses lutins qui les fabriquent, c' est un des nombreux exemples. Ainsi, on fait notre liste au père Noël alors que ce sont nos parents qui achètent nos cadeaux. On peut alors en déduire que si on croit en cela, c'est parce que l'on est émerveillé face à ce monde féerique et magique de noël. Il y a aussi la culture qui alors influence notre religion. Par exemple, l'Europe occidentale est plutôt catholique donc les gens vont plus se tourner vers cette religion, c' est à dire cette croyance puisque leurs parents ou leurs ancêtres sont catholiques.


On peut aussi dire que les illusions font parties de la croyance.








B) L' origine de la croyance:


1 ) Un désir de reconnaissance par la croyance:
D' après Spinoza, " c' est le désir qui motive la plupart des hommes à raconter les choses, non comme elles sont réellement, mais comme ils désirent qu' elles soient, et c' est l' espérance qu' ils nourrissent de se faire connaître par des narrations "
Il est important de souligner que le terme “croyance” s'applique à l'adoption par un être conscient d'une vision du monde qui ne s'appuie pas sur l'expérience ou la science, mais sur les échanges entre individus ou sur les textes dogmatiques. Dans son sens général, la croyance se rapporte à la divinité, et aux mythes. On peut supposer que si les hommes croient, c’est par nécessité, par besoin de se rassurer en se disant qu’il existe quelqu’un de plus puissant que l’Homme, qui prend la forme d’un père protecteur. L’Homme n’avance alors pas seul sur le chemin de la vie, semée de dangers et d’épreuves. Il est protégé par quelqu’un de supérieur à lui, qui l’aime et veille sur lui. La divinité peut aussi prendre la forme d’un juge suprême qui instaure un ordre moral, et établit une justice, que partiellement présente dans les civilisations. La religion ne serait donc qu’une invention humaine pour se rassurer, qu’une illusion qui traduit “la réalisation de désirs inconscients” (Freud).

2 ) Croire conséquence de l' espoir.
Croire, c’est peut être aussi dans le but de se protéger de l’angoisse liée aux grandes énigmes dépourvues de solutions. L’Homme serait donc incapable de vivre avec des questions demeurant sans réponse, et irait même jusqu’à créer des réponses fausses, plutôt que de rester dans l’interrogation et le doute. La croyance joue donc un rôle primordial. En effet, la religion est à même d’apporter des solutions sur la genèse de l’Univers, l’existence de l’Homme, le rapport entre le coporel et le spirituel, ou encore sur l’existence d’une vie après la mort. La croyance apaise donc l’Homme et l’aide à ne pas vivre dans une sorte de pessimisme. Il est vrai que personne n’aime à penser que la mort engendre le néant, la fin de toute existence,et il s’avère plus simple de se persuader qu’il existe une vie infiniement meilleure après la mort. Croire n’est peut-être finalement que synonyme d’espoir.


3 ) Exemple: la dépression qui engendre des croyances.
Lorsqu' à une période de la vie les choses ne se passent pas vraiment comme on l' aurait souhaité certaines personnes ont un besoin de se raccrocher à quelque chose. En effet, à cette période sombre la raison ne s' accorde pas avec l' espoir et elle en est même faible. L' espoir fait vivre et c' est de cette manière que ces personnes croient au bon dieu en espérant qu' il rétablisse la situation, pour ceci ils peuvent employer différentes pratiques comme l' idée d' un père protecteur énoncé auparavant . Mais pas seulement, d' autres veulent plutôt espérer en croyant à un ange gardien ou tout simplement à un ordre supèrieur aux Hommes, ceci pour des personnes qui à l' origine ne sont pas croyantes. Ceci s' explique par le fait qu' elles ne voient pas la sortie des problèmes qu' elles peuvent avoir alors elles pensent que si elles ne peuvent pas les résoudre, quelque chose dont on ne peut prouver l' existence pourrait le faire sans même chercher la manière dont ça se produirait (qui semble les dépasser). Quand on est désespéré, on n' a plus confiance en la raison ou tout ce qu' elle peut engendrer. C' est donc l' une des raisons qui permet de montrer pourquoi l' Homme croit et pourquoi la croyance résiste à la raison.


4 ) Lien entre désir et croyance.
La réponse la plus évidente aux problèmatiques serait de dire que l’Homme ne décrit pas ou ne voit pas les choses telles qu’elles sont réellement, mais telles qu’il voudrait qu’elles soient. L’Homme est un être subjectif, dont la vérité n’est jamais objective. Ainsi, l’Homme adapte les choses à sa vision et les déforme à son gré. Pour rendre compte d’un évènement qu’il juge traumatisant, il va de soi que le caractère terrifiant de la chose sera grossie, exagérée. Il en va de même pour une situation comique,un acte héroÏque…etc. Selon Spinoza, la “raison primitive” de ce phénomène, est que bien souvent, il n’existe aucun témoin à part le narrateur lui-même. Cela permet alors au narrateur d’inventer, ou de moduler “selon son bon plaisir”.
D' après Spinoza " les histoires de ce genre n' ayant d' autres témoins que leurs narrateurs,les inventeurs y peuvent ajouter ou retrancher , tout à fait à leur fantaisie, les circonstances qui leur paraissent les plus favorables ou les moins avantageuses, sans craindre que qui que ce soit ne les contredise. Ainsi, l' un inventera de ces histoires pour justifier, à ses yeux, la terreur qu' il a ressentie de songes et de visions.Un autre forgera pour étayer son audace"





    C) La croyance, illusion de la vérité:

1 ) La recherche de la vérité.
Dans le monde qui nous entoure, il nous arrive parfois de douter, de ne pas être sûrs de certains phénomènes. Ainsi, on essaie de trouver une réponse, une vérité qui résiste au doute. Cependant, il est difficile d’être objectif et cette réponse peut être une incertitude, une simple croyance. Une idée fausse en entraînant d’autres, ceci conduit à l’illusion de la vérité. Spinoza explique alors qu' "il nous faut bien prendre garde d' admettre quoi que ce soit comme vrai qui soit seulement vraisemblable.Car, dès que nous avons admis une fausseté, une infinité d' autres s' en suivent."Les personnes victimes de cette illusion croient avoir raison et éprouvent de grandes difficultés à se remettre en cause. Il est alors difficile de leur enlever leurs idées de la tête car ces personnes sont persuadées d’avoir raison, même malgré la preuve qu’elles ont tort. Par exemple, de nombreuses études ont démontré que les « races humaines » n’existaient pas, pourtant beaucoup de personnes y croient encore et fondent même des pratiques discriminatoires sur cette fausseté. Malgré la preuve scientifique, elles ne doutent pas de leurs préjugés."C' est pourquoi nous nous contentons de conjectures problables, comme si elles étaient vraisemblables."


2 ) Une cause de la résistance de la croyance.
Certaines personnes ne se remettent pas en cause pour de multiples raisons comme le fait de croire qu' elles sont les seules à tout savoir et à détenir ce qui leur semble être la vérité . C' est pour ceci entre autres que la croyance résiste.




3 ) Arguments d' autorité.

Certaines personnes croient à des théories ou des idées seulement à cause du fait qu’elles sont défendues par des gens importants à leurs yeux. Ce sont des arguments d’autorité provenant des histoires ou de l’expérience des anciens, des grecs de l’Antiquité, des parents…

Cependant, le nombre conséquent de personnes qui croient ne signifie pas que l’idée est fiable, c’est-à-dire qu’elle résiste au doute (Descartes). En effet, les histoires que racontent les Hommes ne sont pas toujours exactement telles qu’elles ont été vécues puisqu’en l’absence de témoins, on peut inventer, ajouter ou supprimer des circonstances (cf. lien entre désir et croyance).

On peut prendre l’exemple de la recherche de la nature de la lumière. Deux théories se sont opposées : Grimaldi affirmait que la lumière était une onde tandis que Newton considérait celle-ci comme une particule. Cependant, on a longtemps préféré la théorie de Newton comme argument d’autorité suite à son passé et à sa réputation scientifique. Mais plus tard, on a enfin trouvé et admis que la lumière était à la fois une onde et une particule, donc que les deux théories étaient vraies.





Conclusion:
Pour conclure, la vie possède des concours de circonstances qui entraînent que quelques fois les Hommes ont ce besoin de croire en quelque chose de supérieur. Puis on souhaite toujours préserver une partie de fantaisies dans notre vie qui peut paraître trop terre à terre pour certaines personnes...C' est alors pour différentes raisons telle que l' éducation, par exemple, que la croyance résiste si bien à la raison.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Connaissance-croyance: Cindy, A-Charlotte, Roschanack, Sarah
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Cogito,entraide et échanges sur la philo :: Réflexions des élèves (par groupes ou personnelles) Archives :: Connaissance et croyance (travail interdisciplinaire philo-svt TS2 (janv 2007) : :: les compte-rendus-
Sauter vers: