Cogito,entraide et échanges sur la philo

méthodes de devoirs,sujets-corrigés, dossiers thématiques, travaux d'élèves, expos, conseils de lecture...
 
AccueilAccueil  GalerieGalerie  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Présentation des articles

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
N. Vauthier (Admin)
Admin


Nombre de messages : 393
Date d'inscription : 19/09/2005

MessageSujet: Présentation des articles   Jeu 6 Déc - 1:43

Ces deux entretiens sont parus dans Philosophie magazine (revue disponible au CDI du lycée)(n° de décembre 2007)

- Patrick Declercke est atteint d'une maladie incurable, il sait sa mort proche : A 53 ans, il livre ses réflexions sur la vie, le bonheur, l'approche de la mort, la liberté (paru dans le n° de décembre 2007)

- Alexandre Jollien a eu un accident "de naissance" qui atteint son corps mais laisse intactes ses facultés intellectuelles : Le regard des autres, la difficulté à s'accepter, le bonheur possible sont les thèmes de son entretien avec l'acteur Bernard Campan (ex-Inconnu).
Plusieurs livres d'Alexandre Jollien sont disponibles au CDI

terminale L : Pour envoyer votre synthèse, cliquez sur "NOUVEAU"

ds la rubrique "titre", indiquez "la synthèse de ... suivie de vos prénoms"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://cogito.forumculture.net
romuald



Nombre de messages : 2
Date d'inscription : 17/12/2007

MessageSujet: Amélia, Rémi et romuald.   Mar 18 Déc - 5:03

« Hommes de joie ». Alexandre Jollien.

En réalité c’est une appel a la joie, un appel au bonheur de vivre. Même si son handicap a longtemps été une source de souffrance, aujourd’hui il lui permet de voir la vie autrement. Dans cet article, Alexandre Jollien dénonce le fait que certains jugent trop sur les apparences, et que même dans la compassion il y a une pointe de jugement. Selon lui il est plus facile de se moquer des « actions des hommes » plutot que les comprendre. Sa définition du jugement est simple ; c’est vouloir a tout prix « emprisonner » l’autre dans ses « propres catégories ». Il différencie aussi le bonheur et la joie. Le bonheur est, selon lui, le fait de vivre sans assumer la tristesse, les difficultés et les malheurs. (Idée que véhicule pourtant la modernité…). Alors que la joie intègre l’acceptation de ces malheurs. (On accepte et on assume les malheurs pour atteindre la joie comme on accepte et on assume la mort de quelqu’un.) Il aborde aussi le thème de la liberté ; pour lui cette liberté est synonyme d’eumétrie. Etre près des autres tout en gardant ses distances. Enfin il donne une définition de ce qu’il appelle la confiance : c’est un sentiment actif et entièrement tourné vers autrui, contrairement a la patience qui est passive.



« Tenir tête a la mort ». Patrick Declerck

Pour Patrick Declerck, l’Homme ne doit pas avoir peur de la Mort, c’est une chose banale qui arrivera un jour ou l’autre. Mais si l’Homme a tant peur de la Mort, c’est parce qu’il ne sait pas ce qu’il y a après ; c’est sa conscience qui nourrit cette peur puisqu’elle l’oblige a se poser des questions. C’est ce que développe Lucrèce en disant que l’Homme gâche sa vie en imaginant des choses horribles a propos de la mort, alors qu’il devrait profiter de son existence. Toujours est il que face a la mort, l’Homme essai de trouver une « alternative a l’égard du non sens ». Il veut absolument trouver un coupable a ce qui lui arrive, pour éviter de se poser des questions sur l’absence de sens a ce qui lui arrive. C’est pourquoi, pour P.D, l’espoir de guérir ou de survivre est inutile, car c’est se cacher la vérité ; il doit accepter sa maladie ainsi que l’idée de mourir. Reste le suicide pour éviter d’accepter la maladie. Pour lui c’est une preuve de courage, le symbole de la fin de la maladie et de ses souffrances. (cf Sénèque ; « bien mourir c’est se soustraire au danger de vivre mal ».) Le suicide est un soutien ; si il dépérit trop, il pourra choisir sa fin ; c’est une sorte d’apaisement a l’angoisse de la mort. Il existe des moyens pour extérioriser cette angoisse de la mort ; l’écriture et la Philosophie. Ces méthodes aident a relativiser et a prendre du recul par rapport a la mort. C’est une sorte d’évasion qui permet « d’oublier » son quotidien et d’aborder la mort avec moins d’inquiétude. Et même profiter de la vie n’est que « fantasme » car tous les bonheur et les divertissements de la vie ne durent jamais, et, la peur revint toujours. « Ainsi nous ne vivons jamais mais nous espérons de vivre, et nous disposent toujours a être heureux, il est inévitable que nous le soyons jamais. » (Pascal) Enfin il avoue que l’Homme ne peut échapper a son destin, la mort, que la volonté humaine n’existe pas et que la conscience est traîtresse car elle apporte de faux espoirs.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Présentation des articles
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Cogito,entraide et échanges sur la philo :: Réflexions des élèves (par groupes ou personnelles) Archives :: Term L 2007-08 : Réflexions sur le Bonheur :: A lire : Les synthèses sur les articles de P. Declercke et A. Jollien-
Sauter vers: