Cogito,entraide et échanges sur la philo

méthodes de devoirs,sujets-corrigés, dossiers thématiques, travaux d'élèves, expos, conseils de lecture...
 
AccueilAccueil  GalerieGalerie  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Chercher le bonheur,est-ce condamner à ne jamais le trouver?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Sandie



Nombre de messages : 2
Date d'inscription : 12/09/2007

MessageSujet: Chercher le bonheur,est-ce condamner à ne jamais le trouver?   Dim 9 Déc - 11:35

Le bonheur est une notion qui varie selon chacun. Pour certains, cette "satisfaction de toutes nos inclinations" (Kant) correspond à un ou des désirs simples ou concrets. Pour d'autres, "cette saveur même de la vie" (Alain) constitue un but inatteignable. Le bonheur dépend des intérêts que chaque personne y porte, de ce que chacun recherche de la vie. Il peut-être individuel ou collectif. D'après Alain, "toute vie est un champ d'allégresse". Tout individu a donc en lui la volonté d'atteindre ce but suprême de la vie qu'est le bonheur, quel qu'il soit. Pourtant, tous les hommes ne se sentent pas heureux, bien qu'ils soient en recherche du bonheur, puisque cela constitue le but même de leur vie. Une question se pose alors : comment peut-on chercher le bonheur sans compromettre ses chances de le trouver un jour ?
D'une part, on peut supposer que l'homme cherche nécessairement le bonheur, quelqu'en soit la manière, consciente ou inconsciente. D'autre part, si un homme n'est pas en recherche du bonheur, alors il peut néanmoins l'atteindre sans avoir chercher pour autant. Peut-être l'a-t-il toutefois suscité, mais inconsciemment ? En revanche, une personne cherchant à tout prix à trouver le bonheur, ne se résoud pas forcément à trouver celui-ci. En effet, on peut très bien imaginer ce phénomène à travers deux simples exemples précis : d'un côté, un individu prêt à tout pour trouver l'amour, leitmotiv synonyme de bonheur pour cet individu, mais qui ne parvient pas à le trouver dans un temps voulu, peut se majorer intellectuellement et aussi connaître un blocage psychologique tel qu'il va perdre toute confiance en lui, et par conséquent restreindre ses chances de connaître son bonheur, c'est-à-dire l'amour. De plus, une personne qui admet comme facteur majeur de bonheur la richesse pourrait parfaitement devenir riche d'une manière ou d'une autre, mais sa cupidité peut le conduire à finalement ne jamais s'estimer de l'être assez. Ainsi, cette personne se condamnerait à ne jamais trouver le bonheur sous cet aspect. Un premier groupe d'individus est représenté à travers le premier exemple et admet pour caractéristique l'autorestriction, la plupart du temps inconsciente. Cette privation personnelle peut notamment être le fruit d'un manque de croyance en le bonheur en assimilant celui-ci à une utopie de l'ordre onirique et inatteignable. Ainsi, le chercher devient une lappalissade qui s'abandonne finallement à une condamnation de l'ordre psychologique. Le second exemple regroupe un deuxième groupe d'individus dont les caractéristiques divergent vis-à-vis du premier. En effet, l'absence de limites fixées à ce bonheur va projeter ce dernier jusqu'à des sommets imaginaires rendus inatteignables par l'individu lui-même.
Nicolas Parenthoen et Sandie Sionneau
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Chercher le bonheur,est-ce condamner à ne jamais le trouver?
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Cogito,entraide et échanges sur la philo :: DEVOIRS (METHODE, SUJETS, CORRIGES) :: ARCHIVES SUJETS ET CORRECTIONS :: Analyse de sujets de dissertation sur le Bonheur (TS1 08-09) :: A lire : analyse de sujets, problèmes posés-
Sauter vers: