Cogito,entraide et échanges sur la philo

méthodes de devoirs,sujets-corrigés, dossiers thématiques, travaux d'élèves, expos, conseils de lecture...
 
AccueilAccueil  GalerieGalerie  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 le bac L

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
N. Vauthier (Admin)
Admin
avatar

Nombre de messages : 393
Date d'inscription : 19/09/2005

MessageSujet: le bac L   Lun 16 Juin - 12:13

sujet 1) la perception peut-elle s'éduquer ?sujet où il y aura ss doute des lectures variées :

percevoir n'est-il pas en lui-même un acte culturel ?? (cf cours sur la culture : percevoir c'est classer, juger)

s'éduquer peut alors se comprendre ds un sens plus précis : apprendre à dépasser les perceptions premières : d'abord désapprendre : pensez ici au cours sur les obstacles épistémologiques de Bachelard !!

s'éduquer a aussi pu vs faire penser à "se cultiver", au rapport aux oeuvres d'art : pensez ici au cours sur Bergson !!

sujet 2 : une connaissance scientifique du vivant est elle possible ?

Alors là Cogito fait "la tête" et manifeste son mécontentement !!! Voilà un sujet qui est ds tous les manuels, ds toutes les annales depuis ... combien de temps que le bac a été créee ?? 200 ans cette année !!!... donc ça doit bien aussi faire 200 ans que ce sujet est posé , non ??
Bon voilà, Cogito a retrouvé son calme stoicien ... le corrigé est ds vos livres !!
à part c'est classique dc faisable, mais enthousiasmant, c'est moins sur !


sujet 3 : un somptueux texte de Sartre !!

quelle chance vs avez eue!
c'est l'eventualité de l'echec qui rend la liberté possible
1ère phrase : déf de la liberté : si la réussite était la csq directe de notre décision, alors on serait face à un determinisme
2è phrase : paradoxalement, ce st les contraintes, " le coefficient d'adversité des choses" dit Sartre ds un autre texte, qui rendent la liberté possible
liberté = "cq instant", "perpetuelle" : capacité permanente d'adaptation (opp pensée-instinct, cf aussi Ddescartes, Bergson) = invention (voir par ex ds le chap sur la technique, Bergson, Aristote)
Fragilité des réussites humaines, voir les repères (n°6)

en tout cas, beau sujet !!! j'espère que vs avez aimé !!
à bientôt à Fontaines !
bonne chance pr la suite !!


Dernière édition par N. Vauthier (Admin) le Lun 16 Juin - 13:52, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://cogito.forumculture.net
Marie

avatar

Nombre de messages : 4
Date d'inscription : 09/09/2007

MessageSujet: Sujet n°2   Lun 16 Juin - 13:11

Voilà ce que j'ai fait. Il manque des choses vu que c'est juste le brouillon, mais l'essentiel est là.

Une connaissance du sujet est-elle possible ?

I) Une connaissance scientifique possible :

A) Par la science biologique :

Depuis l’Antiquité, diverses expériences sur le corps humain / animal, pour tenter de comprendre son fonctionnement.
Ce sont des expériences scientifiques : une thèse, un protocole expérimental, une théorie puis une loi.
Mais on ne connaît que le mécanisme du corps =>Descartes : le corps = une machine
Objection : une machine pour fonctionner, a besoin d’une intervention extérieur, le corps humain, processus interne.
Donc on peut prouver scientifiquement tel ou tel concept du corps humain ou animal, mais seulement sur ce qui est réel, concret.
C’est aussi grâce à la connaissance scientifique du corps humain qu’on peut prévenir des maladies ou les guérir.

B) Par les sciences humaines :

On peut faire des thèses sur les sentiments, essayer de prévoir une réaction, ce sont les sciences humaines : l’étude du comportement de l’homme.
Exemple : un sociologue, Pierre Bourdieu a réalisé une étude sur la réaction de différentes personnes devant une œuvre d’art, et rend compte que les réponses divergent selon la classe sociale.
On pourrait donc classer le vivant selon certains critères ?
Non, chaque homme est unique.
Cependant, les hommes sont conditionnés dès leur naissance, par une culture, des valeurs, une morale… en commun avec d’autres individus. Par exemple la culture orientale / occidentale, même si des différences apparaissent au sein même d’une famille.
Ainsi, chacun est unique par sa façon de penser, sa manière d’agir… On ne peut donc pas faire une généralisation de l’individu alors que chaque personne est différente.
On ne peut pas connaître chaque être vivant personnellement, car si les sentiments sont les mêmes pour tout le monde, chacun ne va pas les ressentir pareil.

II) Mais c’est une connaissance incomplète :

A) L’homme est un fonctionnement complexe :

Peut-on classer les êtres humains comme on le fait pour les animaux :
Blonds, bruns / Noirs, Blancs / Catholiques, Musulmans…
Non car ce serait alors réduire l’homme à une étiquette, un genre de personne auquel il devrait se plier pour être conforme à l’idée que la société se fait de lui. Il perdrait ainsi sa liberté.
Or un être vivant ne se réduit pas à une chose, c’est un fonctionnement complexe avec des sensations, une perception unique du monde qui l’entoure, différents sentiments…
Tout le côté « spirituel » du vivant ne peut être avoir une connaissance scientifique.



B) Le problème de l’inconscient :

De plus, on peut faire l’hypothèse d’un inconscient, théorie mise en place par le psychanalyste et philosophe Freud, selon laquelle l’esprit humain est composé d’un inconscient. Donc une connaissance complète de soi impossible.
Si on ne se connaît pas soi-même, comment la science peut-elle rendre compte de cette partie du vivant ? Elle se limite donc à de simples hypothèses.
C’est le principal problème des sciences humaines : elles sont subjectives. Une part d’interprétation du sujet qui réalise l’étude, qui ne peut s’appuyer sur une loi scientifique. Donc ces « théories » peuvent toujours être remises en doute et changent selon celui qui étudie. Elles ne sont pas fiables.
Mais n’est-ce pas le doute qui fait la véracité d’une théorie scientifique ? Oui, mais différence avec les sciences humaines qui ne sont jamais stables.

C) La théorie de l’esprit humain :

Comment peut-on faire une étude scientifique de l’esprit humain ?
C’est réduire les sentiments, les croyances, les valeurs… à une théorie, alors que tout change et évolue, selon la société, son mode de vie, l’époque, les mentalités…
Donc même s’il y avait cette théorie, elle ne peut pas être valable puisque l’homme est en constante évolution dans son esprit.
Cependant, la science s’adapte aux changements et évolue en même temps, ce qui fait que sa connaissance biologique du vivant se perfectionne de plus en plus.

III) Une connaissance qui comporte ses dangers :

A) Le risque politique :

La connaissance totale du vivant entraîne une maîtrise de celui-ci, et donc un pouvoir gigantesque pour l’homme. Etant faible, il ne saurait résister à la tentation d’acquérir ce pouvoir. Et ainsi instaurer une dictature.
L’homme est avare et recherche toujours plus de pouvoir.

B) Le risque moral :

Vouloir prévoir et rechercher la perfection.
Exemple : des parents qui veulent un enfant pourraient, si la science permet de contrôler l’homme, choisir ses caractéristiques physiques ou intellectuelles.
Vers un modèle uniforme ? Cela fait penser à la race aryenne d’Hitler…
On n’aimerait plus l’enfant pour ce qu’il est vraiment, puisque sa personnalité a été contrôlée et conditionnée. Un robot ?
On perdrait alors ce qui fait de l’être humain un homme : sa liberté de penser…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
N. Vauthier (Admin)
Admin
avatar

Nombre de messages : 393
Date d'inscription : 19/09/2005

MessageSujet: réponse à Marie   Lun 16 Juin - 13:39

bonsoir Marie ,

je te livre qq reflexions sur ton argumentation :

1) la connaissance du vivant = la biologie
les sc humaines ne concernent que l'homme et ne concernent dc pas le vivant en général !!!
le vivant ce n'est pas que l'homme !!
cette reserve importante faite, ton plan pose pb qd tu parles des cultures ce qui va surement ne pas être pris en compte !
cependant pas de panique !!
le plan en trois parties est solide : la 2è partie avec la réference au problème de l'esprit, et la 3ème partie avec sa dimension politique et morale me parait intéressante : là ce que tu dis me parait tenir la route !! notament la reference à l'eugénisme
tu aurais pu penser davantage à la connaissance en biologie, à Descartes, au mécanisme.
ceci dit comme diraient les stoiciens, ce qui est fait ne depend plus de nous !!
te connaissant, je pense que tu as fait pour le mieux !!!
bonne chance pour la suite !!
à bientôt à Fontaines !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://cogito.forumculture.net
N. Vauthier (Admin)
Admin
avatar

Nombre de messages : 393
Date d'inscription : 19/09/2005

MessageSujet: message de Maité sur le texte   Lun 16 Juin - 14:17

Excusez moi, mais j'ai pas réussi a poster sur le sujet question réponse...
Donc pas de soucis si vous effacez ce texte apres l'avoir lu, puisqu'il est hors sujet.

excusez-la , elle a encore un peu de mal avec la complexité technique de ce forum !!!!! ( signé Cogito, moi je n'oserai pas ...)

par les miracles de la technique, ton message apparait ds la bonne rubrique, Maité !




Nous avons donc eu notre première épreuve ce matin, la philoqophie. Nous avons discuté ensemble, et personnellement, je crois que nous sommes plusieurs a etre perdu. Enfin, je perle surtout pour moi, et pour certains qui ont pris le texte. J'aimerai vous exposer mon plan et quelques idées que j'ai développé. J'aimerai aussi avoir votre avis, et un petit corrigé, lorsque vous aurez le temps, bien sur.. PLus rien ne presse


texte de Sartre

Le plan en tres bref : (désolée, jai pas réussi en trois partie, et mon plan est un peu -beaucoup- déséquilibré)

I) L'Homme et les éléments exterieurs sont les facteurs de l'évolution d'un projet
II) La réussite découle de cette évolution.

Je dois avouer que je n'ai pas beaucoup parlé de la liberté, ce qui est une énorme erreur...

Dans la première partie, j'ai développé le fait que l'homme est un etre pensant, il peutcréer des projet. Il peut anticiper les problemes liés a son projet, résoudre des problemes par la réflexion. Il se donne des moyens pour réaliser son/ses projets. En tant qu'etre raisonnable il prévoit et envisage des solutions pour des problemes éventuels mais aussi quand il est confronté a un probleme exterieur lorsqu'il réalise son projet. Puis jai fait une partie sur les différents 'éléments exterieurs'. J'ai également parlé de la liberté, qui est le fait de pouvoir surmonter les obstacles, les problemes exterieur, autrement dit de savoir trouver des solutions.
Un grand I que je trouve tres court, meme si j'ai développé mes idées.

Dans la seconde partie, beaucoup plus construite, je trouve mieux construite, j'ai donc traité de cette réussite, et de la manière d'arriver a cette réussite.La réussite n'est pas une conséquence de la crétion d'un projet, ce n'est pas parce qu'on fait un projet qu'il sera une réussite. La décison de fait pas la réussite d'un projet.
- La décision ne fait pas la réussite d'un projet
- Les éléments exterieurs ne font pas la réussite ou l'echec d'un projet"seuls"
- La réussite est possible, pas évidente, nécéssaire. C a d que le projet peut ne pas etre réalisable a cause des problemes exterieur
= > Solution? résoudre les problemes (par la liberté que l'on a de le faire) et atteindre la réussite du projet.
- nous ne prennons pas toujours toutes les précautions pour éviter ces "dangers prévisibles". Si nous pouvons les prévoir, nous devons trouver des solutions avant l'arrivée possible de ces problemes. Pour réussir un projet l'homme doit perpétuellement etre a la recherche de ces solutions, il doit sans cesse penser a contourner les problemes, qu'ils soient probables, possibles, prévisibles ou réels.
- Exemple de sartre : Le projet (la reconnaissance), pour sa réussite : faire attention aux déngers prévisibles. On observe donc sa liberté, le fait qu'il est prévu. Mais malgré cela un tireur l'a repéré et a voulu l'éliminer, ce qui est un signe exterieur.Le tireur aurait pu le toucher, et malgré les précautions, la mission aurait échoué. Masi un autre élément exterieur, tjs indifférent de lui, a éblouit l'homme et l'a épargné. Si aucune précaution n'avait été prise, alors un autre danger, exterieur, l'aurait mis en péril. Or ici, on observe que la réussite était seulement possible. C'est une réussite grace a la décision humaine (précautions) et aux éléments exterieurs (soleil)
- Il y a une part de hasard dans chacun de nos projets. Notre liberté d'agir sur les évenements exterieurs pour protéger nos projets nous permettent d'acceder, parofi, a la réussite.
- La réussite n'est que probable car elle ne dépend qu'en PARTIE de l'homme. Risques?
* Je n'y suis pas arrivé car ce n'est pas ma faute mais celle des élément exterieur = Déresponsabilisation de la personne (meme risque que pour freud - tiré par les cheveux? aie- par rapport a la responsabilité de l'homme)
* Le fait d'avoir échoué montre que je ne suis pas libre, puisque je n'ai pas pu trouver de solution. Erreur = Nous sommes libre de notre recherche de solutions, non de la trouver obligatoirement. Nous sommes libre de tout mettre en oeuvre pour réussir notre projet, pas de décider de sa réussite...
* risque de ne plus tenter car les causes exterieures peuvent nous faire écouer = passivité de l'homme. Or, si l'on ne tente pas on ne peut pas réussir, et le fait d'essayer et de se servir de ca raison pour mettre toutes les "chances" de son coté peuvent payer et mener a la réussite.

Bien sur j'ai beaucoup plus développé le grand un, Mais le grand deux écrit ici comporte certain passage rédigé. Je suis consciente de pas assez avoir traité l'aspect de la liberté (le plus important :s)

J'aimerai avoir Votre avis (a tous), Et savoir ce que vous avez ou auriez mis...

Merci d'avance

Bonnes vacances !!!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://cogito.forumculture.net
N. Vauthier (Admin)
Admin
avatar

Nombre de messages : 393
Date d'inscription : 19/09/2005

MessageSujet: réponse à Maité   Lun 16 Juin - 14:28

bonsoir Maité,

il y a bp de choses intéressantes ds ce que tu as mis sur le forum : le texte ouvrait de larges possibilités, on pouvait insister sur plusieurs aspects;
Peut être pouvais tu enrichir la reflexion sur la liberté par une distinction avec le determinisme : les phénomènes obeissent à ce determinisme (ex de la direction des rayons du soleil ds l'exemple) mais non la liberté humaine qui est justement la capacité à connaitre (spinoza) et à s'adapter voire à exploiter à son avantage ces determinismes (probabilité ... due à la connaissance mais qui reste incertaine)
Tu en as peut-être parlé mais en le disant autrement.
ce que tu dis sur les csq et la responsabilité me parait interessant.
l'essentiel c'est que tu aies bataillé avec le texte !
bonne chance pr la suite !
à bientôt
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://cogito.forumculture.net
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: le bac L   

Revenir en haut Aller en bas
 
le bac L
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Cogito,entraide et échanges sur la philo :: DEVOIRS (METHODE, SUJETS, CORRIGES) :: ARCHIVES SUJETS ET CORRECTIONS :: bac 2008 (sujets, pistes de réflexion) :: SUJETS et commentaires sur le bac philo 2008-
Sauter vers: