Cogito,entraide et échanges sur la philo

méthodes de devoirs,sujets-corrigés, dossiers thématiques, travaux d'élèves, expos, conseils de lecture...
 
AccueilAccueil  GalerieGalerie  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Analyse des textes en préparation à la dissertation (6 oct)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
N. Vauthier (Admin)
Admin


Nombre de messages : 393
Date d'inscription : 19/09/2005

MessageSujet: Analyse des textes en préparation à la dissertation (6 oct)   Ven 26 Sep - 4:11

-Merci de laisser votre analyse du texte que vs avez lu et les éléments qui vs paraissent intéressants.
attention : que ce soit utile pr les autres élèves qui n'ont pas lu "votre" texte !
un résumé en 2 lignes ne leur servira à rien !
insistez sur les concepts, les distinctions intéressantes qui pourront peut-être être exploitées ds le devoir

pour cela cliquez sur "répondre" (et non pas sur "nouveau")
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://cogito.forumculture.net
cindygab



Nombre de messages : 3
Age : 25
Date d'inscription : 04/09/2008

MessageSujet: Texte de JP SARTRE "la conscience crée le monde"   Ven 3 Oct - 2:41

Selon JP SARTRE, c'est la conscience humaine qui fait ce qu'est la nature. en d'autre sorte, si nous n'avions pas de conscience, la nature ne serait qu'une masse terrestre et "la terre demeurerait dans sa léthargie".
Selon l'auteur, c'est l'homme qui par sa conscience, fait qu'une chose est cette chose et qu'elle est bien présente. sans l'homme, un objet n'aurait pas de témoins de sa présence.

Texte plutôt bien mais j'ai du mal a le replacer dans le contexte de la dissertation.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ellia



Nombre de messages : 2
Age : 25
Date d'inscription : 04/09/2008

MessageSujet: Re: Analyse des textes en préparation à la dissertation (6 oct)   Sam 4 Oct - 7:33

La méthode de libre association, de FREUD (page 37)

- Premièrement, dans ce texte Freud parle des associations libres.
Selon Freud les associations libres seraient: un ensemble d'idées que le patient emploie et qui s'oppose à toute sorte de "violence"(hypnose) ou contraintes (suggestion).

- Dans ce texte Freud exprime que sa principale méthode est, la parole, celle-ci étant au coeur du traitement psychanalytique. Il explique sa façon de procéder afin de trouver la solution au(x) problème(s) du malade, à ces symptômes.
- En effet, Freud, pour rechercher ce qu'il appelle un "complexe refoulé" par un patient, part de ses souvenirs. Il prévient le patient à l'avance, lui disant de ne pas s'arrêter, de parler même si ce qui lui vient à l'esprit peut lui paraître absurde, inexact,... Dès lors Freud met en application son hypothèse, selon laquelle, tout ce qui vient des paroles du patient à un rapport avec ce que celui-ci refoule. Le patient doit alors parler sans s'arrêter afin d'apporter suffisamment d'associations libres pour aider le psychiatre, Freud.
- Pour finir, Freud déclare dans ce texte, que malgré les difficultés du patient à découvrir des éléments refoulés, cette méthode est la bonne. Je cite : "Cette méthode pour découvrir les éléments refoulés vous semble peut-être pénible; je puis vous assurer cependant que c'est la seule praticable".

Texte plutôt simple à comprendre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mathilde_gr



Nombre de messages : 3
Date d'inscription : 04/09/2008

MessageSujet: Re: Analyse des textes en préparation à la dissertation (6 oct)   Sam 4 Oct - 7:46

texte de Bergson, p 29

l'auteur différencie:

- la notion d'automatisme : les gestes et actions ne sont pas réfléchies (habitude),c'est l'inconscient qui entre en jeu.

-la notion de prise de conscience lors d'apprentissage et lors de choix décisif " crise intérieur" qui auront des conséquences sur notre avenir.

Dans le 1er cas on ne réfléchit pas et dans le second cas notre conscience atteint toute sa vivacité.

exemples :
- lorsque' une personne apprend à jouer d'un instrument ses mouvements sont conscients et réfléchis ( apprentissage) mais au bout de quelques temps ses mouvements sont devenus des automatismes.
- dans la vie quotidienne une personne a ses habitudes et ne réfléchie pas continuellement à ses actions mais dès lors qu'un problème ou une question se pose toute sa conscience entre en jeu, donc comme le conclut l'auteur la conscience est synonyme de choix.

= idée importante : csc= choix = LIBERTE = RESPONSABILITE (cogito)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Coralie



Nombre de messages : 2
Age : 26
Date d'inscription : 05/09/2008

MessageSujet: Re: Analyse des textes en préparation à la dissertation (6 oct)   Sam 4 Oct - 9:28

le caractere superficiel de la conscience de Nietzsche p23
Pour Nietzsche la "conscience" ne s'est developpée que par besoin.
Elle ne sert que pour communiquer. Nietzsche dit aussi que l'homme pense constament mais qu'il ne s'en rend pas compte. Pour lui la "pensée" devient consciente et ne représente qu'une infime partie de ce que l'homme pense. De plus Nietzsche ajoute que la "conscience" et la "pensée" vont de paire. la conscience n'appartient pas essentiellement a l'éxistence individuelle de l'homme.
Voila ce que dit Nietzsche sur la "concsience".

on peut donc supposer, que la pensée ne maitrise ou ne connait pas grand chose de l'homme, elle ne connait que ce qui est utile ds les relations humaines.
(cogito)


J'espere avoir bien résumé se texte et ne pas l'avoir mal interpreter.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Elise Perrier



Nombre de messages : 5
Date d'inscription : 29/09/2008

MessageSujet: " Le caractère superficiel de la conscience "Nietzche (p.23)   Sam 4 Oct - 12:48

Une petite définition s'impose :
La conscience: 1) Perception, connaissance plus ou moins claire que chacun peut avoir du monde extérieur et de soi-même
2) Sentiment intérieur qui pousse à porter un jugement de valeur sur ses propres actes; sens du bien et du mal.

Selon Nietzshe, le conscience de l'Homme ne s'est développée que pour assurer sa survie. C'est un "réseau de communication entre Homme" qui lui permet de réfléchir, de savoir qu'il existe et donc d'évoluer dans le monde qui l'entoure.
Pour lui, la conscience est étroitement liée à la parole, au langage, à la communication entre Hommes. D'une certaine façon, la conscience est le lien qui met en relation les Hommes et qui les guide tous de la même façon, sans entité propre.

(ce texte ne devait pas être dans les plus facile...!) En espérant vous avoir éclairer un peu!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mélanie L.



Nombre de messages : 1
Date d'inscription : 04/09/2008

MessageSujet: Le postulat du déterminisme psychique   Dim 5 Oct - 4:16

D'après Freud, les images et les idées issus de l'inconscience* ne "viennent" pas au hasard, sans raison. C'est la résistance d'une idée cachée par la conscience, pour une personne dite 'malade'... C'est un autre langage : 'L'idée surgissant dans l'esprit du malade est, par rapport à l'élèment refoulé, comme une allusion, comme une traduction de celui-ci dans un autre langage.'

déf. Inconscience : l'inconscient est un maillage d'idées, de perceptions, d'émotions constituant le psychisme. Il ne s'agit pas simplement de l'opposition à la notion de conscience mais d'une structure réactive et dynamique. Par exemple, un changement à une des mailles provoqué par une perception peut entraîner des modifications sur une plus grande partie du psychisme. Cette structure fonctionne avec ou sans conscience ce qui peut paraître contradictoire avec son nom. (source : Wikipédia)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lea V



Nombre de messages : 3
Date d'inscription : 01/10/2008

MessageSujet: Re: Analyse des textes en préparation à la dissertation (6 oct)   Dim 5 Oct - 8:08

Freud qui s'oppose à "toute forme de violence (hypnose) ou de contrainte (suggestion)" pour soigner ses patients, a mis en place la méthode de libre association des idées.

Cette méthode a pour but de "rechercher un complexe refoulé", c'est à dire de faire remonter l'inconscient à la conscience pour permettre au psychiatre d'interpréter la cause des symptômes du patient.

Il faut donc que le patient dise tout ce qu'il lui passe par la tête, même quand ses pensées lui paraissent inopportunes ou inutiles puisque selon Freud, rien ne peut venir à l'esprit qui ne dépende indirectement du complexe recherché.
Cependant, le patient peut rencontrer des difficultés à s'exprimer. En effet, il arrive parfois que ce dernier s'arrête brusquement de parler car le malade retient ou supprime l'idée qu'il vient d'avoir pensant qu'elle est inexacte, sans rapport avec la question, stupide ou désagréable. Pour remédier à ce problème, Freud avertit le malade à l'avance en lui expliquant qu'il ne doit tenir compte d'aucune critique.

Si le patient se soumet à ces règles alors le psychiatre aura une approche du complexe refoulé au fond de l'inconscient du patient.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
pierre-baptiste



Nombre de messages : 2
Date d'inscription : 04/09/2008

MessageSujet: Freud: Le postulat du determinisme psychique   Dim 5 Oct - 8:43

Le postulat est un principe premier, ici celui du determinisme psychique. Freud tente de démontrer qu'il existe des liens de cause a effet entre la conscience et l'inconscient. Pour lui il existe deux "forces" opposées dans le psychisme (ensemble des caractères psychiques: esprit, pensée, vie mentale) de ses patients.
Tout d'abord l'effort qui est fait par les malades pour rapporter des éléments de leur inconscient a la conscience, et a l'opposée une "résistance" empêchant l'action de la premiere "force".
Il existerait également selon lui un système de balancier entre ces deux phénomènes antagonistes qui permettrait ou non a l'inconscient de remonter a la conscience.
Ainsi lorsque que la première force s'avère plus importante que la deuxième, alors l'inconscient pourrait revenir a la conscience sans déformation, mais au contraire lorsque le blocage est trop important, l'inconscient en est déformé lorsqu'il devient conscient.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Carole Al



Nombre de messages : 4
Age : 24
Date d'inscription : 05/09/2008

MessageSujet: Re: Analyse des textes en préparation à la dissertation (6 oct)   Dim 5 Oct - 8:58

Nietzsche suppose que la conscience de l'Homme n'a été amené à se développer que sous la nécessite de se protéger (animal, proie), d'être" intelligible" et de communiquer avec ses semblables à propos ses pensées, ses sentiments, ...

D'après l'auteur, comme toute créature vivante, l'Homme pense constamment mais l'ignore. La "pensée qui devient consciente" représente la partie la plus infime de tout ce à quoi une personne peut penser, car c'est la seule qui peut s'exprimer "sous forme de paroles, d'échanges".

Pour finir, la conscience n'appartient pas qu'à notre existence individuelle, mais surtout à l'aspect commun à tout le genre humain, ce qui entraîne "cette subtilité" qu'elle n'est développée que dans une utilité pour la communauté. On peut avoir la volonté de "se connaître soi-même", il ne faut jamais perdre de vue cet aspect de la conscience en tant que "moyen ce communication".
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Julie.v



Nombre de messages : 2
Date d'inscription : 29/09/2008

MessageSujet: Re: Analyse des textes en préparation à la dissertation (6 oct)   Dim 5 Oct - 9:30

P.38 : " La notion d'inconscience est- elle dangereuse ?"

Selon Alain, L'inconscient n'est pas un autre Moi, comme le suggérait Freud, mais une méprise sur le Moi. Semblable a une entité, l'inconscient est l'endroit où se loge la faute capitale, l'erreur la plus regrettable. Si l'on donne une mauvaise interprétation de l'inconscient, cela nous amène a une erreur. Finalement, l'inconscient n'est qu'un abrégé du mécanisme ( : attitude philosophique et scientifique qui consiste a réduire le fonctionnment des corps vivants à des mécanismes physico chimiques) . Effectivement Selon Alain, l'inconsience na' rien a voir sur le psychisme.

Alain s'oppose ici radicalement à Freud qu'il "accuse" d'avoir coupé l'homme en deux avec des conséquences dangereuses (d'où le vocabulaire moral , "faute" ..), voir du coté de la liberté, de la responsabilité (cogito)

( Je ne suis pas très sûre de mon interprétation )
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
marie courseau



Nombre de messages : 3
Date d'inscription : 01/10/2008

MessageSujet: Re: Analyse des textes en préparation à la dissertation (6 oct)   Dim 5 Oct - 11:06

Pour Nietzsche, la conscience est apparue en l'homme par besoin.
C'était un moyen de communiquer entre les hommes pour exprimer ses pensées, ses sentiments ou pour agir face à un besoin.
Un homme qui ne voit pas l'utilité de partager ses sentiments ou de communiquer peut être absent de conscience.
Mais sans cette conscience, l'homme ne peut agir. C'est suite à cette conscience qu'il est capable de penser le monde qui l'entoure. C'est en elle que prend racine le sentiment de l'existence.
Seulement pour Nietzsche, la conscience de soi ne représente qu'une partie infime de l'homme car celui-ci possède aussi une non -conscience. Seulement l'inconscience, l'homme n'en a pas conscience car elle" ne s'exprime pas en paroles".
Pour Nietzsche le problème de l'inconscience est d'ordre métaphysique.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lucie.G



Nombre de messages : 1
Date d'inscription : 08/09/2008

MessageSujet: Sartre   Dim 5 Oct - 12:45

Selon Sartre, c'est la conscience de l'homme qui détecte ce qui existe mais elle ne le produit pas.La nature par exemple ne serait qu'une "masse terrestre" si l'homme par le biais de sa conscience ne la faisait pas vivre.
De plus Sartre nous fait comprendre que sans ce qui nous entoure la conscience n'aurait pas lieu d'être.
La conscience nous sert donc de guide pour découvrir le monde dans lequel nous vivons;elle decide ainsi de nos gestes, réflexions,réactions face à certaines situations.


Pour faire le lien avec notre sujet on pourrait se demander si le fait de se trouver hors de soi est du à un etat second de notre conscience.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aline B



Nombre de messages : 2
Date d'inscription : 04/09/2008

MessageSujet: Re: Analyse des textes en préparation à la dissertation (6 oct)   Dim 5 Oct - 12:59

la conscience n'est pas une substance,elle n'a pas de "dedans" c'est ce qui la caractérise comme conscience.
conscience=connaissance
la connaissance ce fait autour de soi donc la conscience est quelque chose extérieur a nous?!

(je ne pense pa avoir bien compri ce texte donc ne vous fiez pa a ce que j'ai écrit!!!)


tes deux premières phrases sont justes ainsi que le début de la 3ème ! c'est ta conclusion qui est erronnée ... attendons de voir ce qu'Amaury et Jake vont en dire .
(cogito)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Flavie



Nombre de messages : 5
Date d'inscription : 04/09/2008

MessageSujet:    Dim 5 Oct - 13:03

Avant d'étudier ce texte, il me semble intéressant de redéfinir le psychanalyse exercé par Freud :
La psychanalyse a pour objet l'étude de l'inconscient, pour méthode de traitement le dialogue entre l'analysé et l'analyste, et pour objectif la résolution des névroses.

Elizabeth ressent des douleurs qu'elle n'explique pas et Freud après l'avoir osculté en conclut "que depuis longtemps, elle est amoureuse de son beau-frère" mais sa conscience morale refusait d'avouer ce sentiment. Cette hypothèse avait traversé l'esprit d'Elizabeth lord du décès de sa soeur et plus elle renit ce fait, plus elle souffre.

Ce cas nous apprend que nous ne sommes pas responsable de nos sentiments et que de penser l'impensable (tant qu'il n'est pas mis en oeuvre) est naturel.
La conscience est une activité de penser, et le fait de penser ne permet pas forcément de s'avouer ce qui n'est pas avouable, ce qui est moralement incorrect : "rejet du désir illicite". La conscience a donc des limites morales auxquelles Freud s'attaque.[right]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mickaël



Nombre de messages : 2
Age : 26
Date d'inscription : 28/11/2007

MessageSujet: Re: Analyse des textes en préparation à la dissertation (6 oct)   Dim 5 Oct - 13:29

Dans ce texte Leibniz s’appuie sur « les petites perceptions » (éléments anodins de la vie quotidienne) pour démontrer que notre esprit n’est jamais au repos. En effet ces perceptions, jugées sans importance par notre conscience spontanée, ne prennent aucune place dans notre mémoire : « Nous ne nous en apercevons pas, parce que les impressions sont […] trop petites et en trop grand nombre ». Leibniz affirme qu’une autre partie de notre esprit (qui ne dépend pas de nous) traite ces informations sans importance (partie inconsciente de notre esprit) « il y a à tout moment une infinité de perceptions en nous […] dont nous ne nous apercevons pas ». Cependant d’après Leibniz les parties consciente et inconsciente n’existe que s’il s’établie entre elles un lien, or cela signifie qu’il faut qu’une perception, du domaine de l’inconscient devienne consciente, ce qui s’avère être le cas lorsque nous prêtons attention à un événement anodin, soit par notre propre chef soit par un facteur extérieur. « si quelqu’un nous en avertis [de cet événement] […] nous nous en souvenons ». L’établissement de ce lien témoigne donc d’une continuité dans notre esprit, puisqu’ il est, dans son ensemble composé d’une partie consciente et d’une partie inconsciente.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
aurélienG



Nombre de messages : 4
Age : 25
Date d'inscription : 04/09/2008

MessageSujet: Re: Analyse des textes en préparation à la dissertation (6 oct)   Lun 6 Oct - 0:55

Leibniz, Des perceptions sans conscience, p30

Dans ce texte Leibniz nous dit que notre corps est en permanente réception de signaux sensoriels, dont nous n'avons pas toujours conscience (l'auteur ne développe que l'idée des sons mais on pourrait généraliser cela à tous les autres sens). En effet les signaux sont d'abord "analysés" par une part de notre esprit que nous ne contrôlons pas, et s'ils sont jugés inintéressants - car trop faibles ou répétitifs - ils ne seront pas gravés dans notre mémoire et nous n'en auront donc pas conscience, même si nos organes les reçoivent toujours. C'est ainsi qu'on n'entend plus au bout d'un certain temps le tic-tac continuel d'une horloge ou qu'on ne sent plus une odeur à laquelle on est habitué. Cependant si on décide d'être plus attentif et d'y prêter attention, ou si quelqu'un nous avertit du signal qui vient de se produire, alors notre conscient prend le dessus sur notre inconscient et on est capable de le percevoir et de s'en souvenir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://vlmproduction.free.fr/
Arnaud C



Nombre de messages : 6
Date d'inscription : 01/10/2008

MessageSujet: P30 Leibniz   Lun 6 Oct - 1:32

Dans l'extrait Leibniz explique que nous sommes en permanence stimulés par l'environnement qui nous entoure et qu'"à tout moment" nous perçevons une infinité de choses. Toutes ces perceptions sont selon lui inconscientes et "sans réflexion" car en raison de critères comme l'accoutumance, la banalité ou encore le fait que ces perceptions soient "trop petites [ou] en trop grand nombre"; notre mémoire n'enregistre pas ces impressions, et ainsi n'offre pas la possibilité à notre conscience de les analyser.
Donc la perception se fait sans conscience, c'est notre inconscient qui traite en premier lieu une impression.Ainsi pour qu'une perception soit analysée il faut qu'elle passe de notre inconscient à notre conscient, spontanément ou grâce à un élément extérieur( par exemple quand "quelqu'un nous [...] [ le ] fait remarquer"); grâce à cela notre mémoire enregistre cette perception et la met en relation avec différents faits plus ou moins similaires pour déclencher chez nous une interprétation et un ressentit.

Le texte de Leibniz explique la notion de lien infime entre les deux parties distinctes de notre esprit; la partie inconsciente et la partie consciente, ainsi que le fait qu'un stimulus quleconque aussi petit qu'il soit peut entrainer l'analyse des perceptions qui nous entourent et la formation du lien entre les deux parties de notre esprit.

Ces remarques sur le texte de Leibniz st très exploitables
(cogito)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
jeremy



Nombre de messages : 2
Date d'inscription : 01/10/2008

MessageSujet: Re: Analyse des textes en préparation à la dissertation (6 oct)   Lun 6 Oct - 13:12

L'idée principale du texte de J-P Sartre (page 26), est que la conscience donne un "sens" au monde qui nous entoure.
Il explique qu'à chaque perception,l'homme se crée des associations, lorsqu'il observe un arbre, un coin de ciel, des étoiles, un quartier de lune... l'homme regroupe ces éléments pour dire qu'il admire un paysage.
Il continue ensuite sa démonstration en prétendant que l'homme agit comme "détecteur" de l'être, c'est à dire qu'un animal ou un paysage trouve sa place, existe, uniquement parce que la conscience de l'homme le fait exister. Sans cette conscience, le monde croupirait (stagnerait). Mais il n'associe pas ce fait à l'idée que le monde s'anéantirait.
C'est donc de cette manière que Sartre démontre que la conscience de l'homme "dévoile" le monde.

J'espère avoir bien présenté ce texte, malgré que je ne lui trouve pas de lien très évident avec le sujet de dissertation.



The End

pour le lien avec le sujet ...la csc décrite par Sartre ressemble à une sorte de "jaillissement", "d'éclatement" dit-il , donc elle va tjrs hors d'elle-même ...elle ne reste jamais enelle-même ... à méditer ! (cogito)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
gwaldys



Nombre de messages : 1
Date d'inscription : 01/10/2008

MessageSujet: Re: Analyse des textes en préparation à la dissertation (6 oct)   Lun 6 Oct - 13:47

Selon Alain, Freud voit en chaque humain deux personnalité, une consciente et l'autre non. Il affirme que Freud voit en cette double personnalité une manière de garder l'homme digne de vie et de pensée en faisant croire que cette autre homme est un sujet presque maléfique qui renferme les mauvais pensée de l'homme comme les pulsions sexuel etc... Il repousse totalement la théorie de Freud et veut revenir a une interprétation du psychisme humain plus terre a terre ou l'homme ne serait plus esclave de son "moi" intérieur.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
sebastianutti antoine



Nombre de messages : 2
Date d'inscription : 08/09/2008

MessageSujet: texte p37: La méthode de libre association par Freud   Mar 7 Oct - 8:24

Dans ce texte, le philosophe Freud propose une méthode permettant de découvrir un complexe refoulé d'une personne quelconque.
Cette méthode consiste à laisser parler le patient, le laisser dire tout ce qui lui vient à l'esprit. Ces associations libres dépendent, indirectement tout au moins, du complexe recherché.
Mais le patient peut arriver à une idée qui lui semble incertaine ou injuste, et dans ce cas, il bloquera les associations libres. Pour éviter ce phénomène, le psychanalyste propose de fixer une règle primordiale pour atteindre ce but sans soucis.
Elle consiste à avertir le malade de ne tenir compte des inexactitudes ou des jugements critiques qui pourraient avoir ses idées. Si le patient se soumet à cette règle, il permettra l'obtention du maximum d'associations libres qui mèneront vers le complexe refoulé.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
mikael



Nombre de messages : 3
Date d'inscription : 04/09/2008

MessageSujet: le cas Elisabeth # (freud)   Jeu 9 Oct - 2:50

Freud soigne l'hystérie de ses patients,l'hystérie est considérée comme une maladie mentale qui touche surtout les femmes.Elle se caractérise par des symptomes physiques qui n'ont aucune cause organiques.D'apres lui tout comme les reves,les hystéries proviennent d'un désir inconscients.C'est a dire des envies que l'ont n'ose pas savourer parcequ'elles sont pas convenables.Pour Freud,c'est parceque Elisabeth a le désir d'etre amoureuse de son beau frère qu'elle s'interdit,qu'elle va si mal.Donc Freud est le 1er à démontrer le psychisme inconscient,nous ne sommes pas maitre de nous,il nous faut agir,c'est celui qui controle,d'òu on n'est pas responsable de nos sentiments.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Valentin



Nombre de messages : 4
Date d'inscription : 07/09/2008

MessageSujet: Texte de Bergson page 29   Dim 12 Oct - 15:33

Dans ce texte bergson, s'épare en deux grande parties l'état de conscience.
Tout d'abord il place un individu dans le cas d'un apprentissage, il serait alors face à quelque chose de non vécu qui necessiterait une intense utilisation de sa conscience. Bergson associt ces actions à des choix et à des décisions commandés par cet individu, la conscience y est alors totalement apparante.
Puis Bergson va opposer aux actions spontanées des actions qu'il nomme « automatisme ». Pour lui un automatisme est la preuve que la conscience saténue ou disparaît à certain moment.
L'idée de Bergson pose alors un problème, si nous ne somme pas conscient de certaine de nos actions est on responsable de touts ses actes...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Analyse des textes en préparation à la dissertation (6 oct)   Aujourd'hui à 19:22

Revenir en haut Aller en bas
 
Analyse des textes en préparation à la dissertation (6 oct)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Cogito,entraide et échanges sur la philo :: DEVOIRS (METHODE, SUJETS, CORRIGES) :: ARCHIVES SUJETS ET CORRECTIONS :: DEVOIRS 2008-2009 :: dissertations TS1 08-09 :: 1ère dissertation : Peut-on être "hors de soi" ?-
Sauter vers: