Cogito,entraide et échanges sur la philo

méthodes de devoirs,sujets-corrigés, dossiers thématiques, travaux d'élèves, expos, conseils de lecture...
 
AccueilAccueil  GalerieGalerie  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 corrigé-plans possibles

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
N. Vauthier (Admin)
Admin


Nombre de messages : 393
Date d'inscription : 19/09/2005

MessageSujet: corrigé-plans possibles   Mer 5 Nov - 9:39

Peut-on être hors de soi ? Plan possible

Ceci est un plan possible, il y en a d’autres : un plan se justifie par la conclusion à laquelle on veut arriver, par la réponse qui nous parait juste.
Ici ma conclusion serait : On ne peut pas être hors de soi car je est un sujet, mais un sujet qui cherche parfois à échapper à lui-même (fuir ses responsabilités). On est soi, mais être soi n’est-ce pas en un sens toujours sortir de soi (par opposition à l’objet qui n’est toujours que lui-même) …en ce sens (si on veut jouer sur le sens des mots de l’énoncé) on pourrait dire que pour être soi (càd un sujet) il faut toujours être hors de soi (se projeter vers l’extérieur, utiliser sa liberté).

Voici le plan qui m’amène à cette conclusion :

I – Il est possible d’être hors de soi.

1) L’homme se définit par la pensée (la seule chose dt je ne peux pas douter, Descartes) Affirmation de l’unité du sujet : hors de moi = hors de ma pensée, donc qqchose qui ne me définit pas. Mais limite : je suis parfois spectateur de moi-même, je ne me reconnais pas dans ce que je fais (ex : la colère). Je sais ce que je suis mais non qui je suis.

2) Csc lacunaire = signe de l’existence d’un inconscient autonome. Si soi = la csc alors hors de soi = l’inconscient (absence de connaissance, de maîtrise) Hypothèse freudienne. Je suis souvent hors de moi et je m’illusionne sur les capacités de contrôle de ma csc. Mais danger d’une telle hypothèse : Peut-on sans risques dissocier le sujet ?

II – Risques de cette affirmation

1) L’hypothèse freudienne m’amène à poser un autre moi (« le moi n’est pas maître ds sa propre maison » écrit Freud). Mais on a tort de dissocier csc et incst car cet inconscient est le reflet de mon histoire personnelle, il est bien « moi ». ce sont peut-être les interprétations différentes qui m’amènent à adhérer à une explication qui n’est pas moi (critique de Popper sur la valeur des interprétations)

2) risque moral du « hors de moi » : si on répond oui à la question : dissociation du moi qui peut conduire à l’irresponsabilité (arguments d’Alain) : alors affirmer l’unité du sujet serait une exigence morale. Donc on ne doit pas accepter cette idée d’un « hors de moi »

III – Pour être soi, ne faut-il pas toujours « être hors de soi »

1) L’homme n’est pas un objet. Il est une csc « intentionnelle » càd toujours tournée vers ce qui n’est pas elle (le monde extérieur, les autres csc) (refus sartrien de voir la csc comme une substance, une chose). L’homme se définit par ses actes, il est libre, il a des ressources en lui qui peuvent même le surprendre (ex du soldat) : Etre humain en ce sens c’est toujours chercher à aller au-delà de soi, hors de soi.

2) Mais difficulté d’être soi : construction permanente, prise de risques : Sartre, être libre c’est s’exposer. Se protéger derrière une image, un rôle qui semble être loin de ce que ns sommes en réalité, hors de nous, cela peut sembler une réponse à l’angoisse de la liberté. (la mauvaise foi sartrienne, se conformer à l’image qu’on attend de nous, ce que Heidegger appelle « l’identité standard »). Faire semblant d’être hors de soi pour ne se montrer soi.

Autre plan possible qui amène à la même conclusion en insistant + sur la dimension morale du sujet :

I - Etre soi = identité

1) Identité = le « Je » sujet dt on ne peut pas douter, source de toute connaissance, décision, valeur (Descartes)
2) Pour être soi = nécessité de sortir de soi : être « avec » le monde, avec autrui pr se construire et devenir soi (Sartre) : être « hors de soi » : mode d’existence de la csc.
3) Etre soi = dépassement de soi : face à un danger, ou ds la méditation, aller au-delà de soi, de ses limites physiques ou mentales. Aller « au-delà de soi », « hors de soi » mais pr se réaliser .

II – Mais limites de la csc ?

1) Csc lacunaire : Inconscient = notre véritable moi ? (hypothèse freudienne)
2) Csc manipulable : illusion de penser par soi-même, être sous l’influence d’autrui (cf Kant, Malebranche, textes complémentaires)

III – Problème moral ?

1) Pb des excuses : « hors de soi » = refus de la liberté, de la responsabilité (Alain, Sartre), jouer un rôle, se « chosifier » pour échapper à la nécessité de choisir : théorie de la mauvaise foi.
2) Mais nier la liberté, c’est aussi nier la pensée donc l’identité de l’homme : Il est impossible d’être hors de soi moralement : exigence morale d’assumer ses actes, pensées, paroles.


Conclusion : Tout est « soi » même si on a du mal à se connaître soi-même, même s’il est parfois difficile de s’accepter soi-même (Alain : « l’homme est obscur à lui-même »).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://cogito.forumculture.net
 
corrigé-plans possibles
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Cogito,entraide et échanges sur la philo :: DEVOIRS (METHODE, SUJETS, CORRIGES) :: ARCHIVES SUJETS ET CORRECTIONS :: DEVOIRS 2008-2009 :: dissertations TS1 08-09 :: 1ère dissertation : Peut-on être "hors de soi" ?-
Sauter vers: