Cogito,entraide et échanges sur la philo

méthodes de devoirs,sujets-corrigés, dossiers thématiques, travaux d'élèves, expos, conseils de lecture...
 
AccueilAccueil  GalerieGalerie  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 textes complémentaires : Mounier (personne, personnalisme)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
N. Vauthier (Admin)
Admin


Nombre de messages : 393
Date d'inscription : 19/09/2005

MessageSujet: textes complémentaires : Mounier (personne, personnalisme)   Dim 21 Nov - 12:15

Extraits de l'oeuvre de Mounier (Le Personnalisme)

"Les conditions de la relation authentique à autrui :

1˚ Sortir de soi. La personne est une existence capable de se détacher d'elle-même, de se déposséder, de se décentrer pour devenir disponible à autrui. Pour la tradition personnaliste (chrétienne notamment) l'ascèse de la dépossession est l'ascèse centrale de la vie personnelle ; ne libère les autres ou le monde que celui qui s'est d'abord ainsi libéré lui-même. Les anciens parlaient de lutte contre l'amour-propre : nous l'appelons aujourd'hui égocentrisme, narcissisme, individualisme.

2˚ Comprendre. Cesser de me placer de mon propre point de vue pour me situer au point de vue d'autrui. Non pas me chercher dans un autre choisi semblable à moi, non pas connaître autrui d'un savoir général (le goût de la psychologie n'est pas l'intérêt à autrui), mais embrasser sa singularité de ma singularité, dans un acte d'accueil et un effort de recentrement. Être tout à tous sans cesser d'être, et d'être moi : car il est une manière de tout comprendre qui équivaut à ne rien aimer et à n'être plus rien ; dissolution en autrui, non pas compréhension d'autrui .

3˚ Prendre sur soi, assumer le destin, la peine, la joie, la tâche d'autrui, « avoir mal à sa poitrine ».

4˚ Donner. La force vive de l'élan personnel n'est ni la revendication (individualisme petit-bourgeois) ni la lutte à mort (existentialisme), mais la générosité ou la gratuité, c'est-à-dire à la limite le don sans mesure et sans espoir de retour. L'économie de la personne est une économie de don, et non pas de compensation ou de calcul. La générosité dissout l'opacité et annule la solitude du sujet, même quand elle ne reçoit pas de réponse : contre le rang serré des instincts, des intérêts, des raisonnements, elle est à proprement parler, bouleversante. Elle désarme le refus en offrant à l'autre une valeur éminente à ses propres yeux, au moment où il pouvait s'attendre à être rejeté comme un objet indocile, et elle l'emporte dans sa contagion : d'où la valeur libératrice du pardon, de la confiance. Elle n'échoue que devant certaines haines plus mystérieuses que l'intérêt, et qui semblent dirigées contre le désintéressement même.

5˚ Être fidèle. L'aventure de la personne est une aventure continue de la naissance à la mort. Le dévouement à la personne, amour, amitié, ne sont donc parfaits que dans la continuité. Cette continuité n'est pas un étalement, une répétition uniforme comme ceux de la matière ou de la généralité logique, mais un rejaillissement continuel. La fidélité personnelle est une fidélité créatrice."


"Je traite autrui comme un objet quand je le traite comme un absent, comme un répertoire de renseignements à mon usage (G. Marcel) ou comme un instrument à ma merci ; quand je le catalogue sans appel, ce qui est à proprement parler désespérer de lui. Le traiter comme un sujet, comme un être présent, c'est reconnaître que je ne peux le définir, le classer, qu'il est inépuisable, gonflé d'espoirs, et qu'il dispose seul de ces espoirs : c'est lui faire crédit ! Désespérer de quelqu'un, c'est le désespérer"

"Échecs à la communication. La communication se heurte à plusieurs échecs :

1º Quelque chose d'autrui échappe toujours à notre plus total effort de communication. Dans le plus intime des dialogues, la coïncidence parfaite ne m'est pas donnée ; rien ne m'assure jamais qu'elle ne soit pas mêlée de malentendu, rien sauf en de rares moments de miracle où la certitude de la communion est plus forte que toute analyse, et qui sont un viatique pour la vie entière. Telle est la profonde solitude de l'amour ; plus il est parfait, plus il la ressent.

2º Quelque chose en nous résiste foncièrement à l'effort de réciprocité, une sorte de mauvaise volonté fondamentale, plus haut décrite.

3º Notre existence même ne va pas sans une opacité irréductible, une indiscrétion qui fait sans cesse écran à l'échange.

4º Quand nous avons formé une alliance de réciprocité, famille, patrie, corps religieux, etc., eue nourrit bientôt un nouvel égocentrisme et dresse un nouvel écran entre l'homme et l'homme."

Le texte intégral de cette oeuvre sur :
http://classiques.uqac.ca/classiques/Mounier_Emmanuel/personnalisme/personnalisme.html
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://cogito.forumculture.net
 
textes complémentaires : Mounier (personne, personnalisme)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Cogito,entraide et échanges sur la philo :: DEVOIRS-TRAVAUX TES1-ES2-S1 2010-11 :: TES "Les relations avec autrui"-
Sauter vers: