Cogito,entraide et échanges sur la philo

méthodes de devoirs,sujets-corrigés, dossiers thématiques, travaux d'élèves, expos, conseils de lecture...
 
AccueilAccueil  GalerieGalerie  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Pourquoi n'a t-on jamais fini d'écrire l'histoire ? (L-ES)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
N. Vauthier (Admin)
Admin


Nombre de messages : 393
Date d'inscription : 19/09/2005

MessageSujet: Pourquoi n'a t-on jamais fini d'écrire l'histoire ? (L-ES)   Mer 15 Fév - 15:40

Pourquoi n'a t-on jamais fini d'écrire l'histoire ?

Ce sujet nous interroge sur la fonction de l’histoire, sur le travail de l’historien.
Il part d’un présupposé : « on n’a jamais fini d’écrire l’histoire » et ns en demande la cause.

Comment comprendre cette affirmation ?

- L’histoire est une science humaine fondée sur la collecte, l’examen critique de traces et l’interprétation. C’est cette interprétation qui peut varier. Le passé s’analyse au regard du présent. Le point de vue peut changer (ex : regard extérieur/Paxton, historien américain/ »la France de Vichy »), se renouveler : On réécrit donc l’histoire.
- La collecte de traces peut révéler des faits nouveaux qui obligent à reconsidérer les explications fournies antérieurement, donc réécrire l’histoire. Des traces nouvelles peuvent sans cesse apparaître (documents, témoignages).
- L’interprétation est subjective, elle est influencée par l’idéologie ; L’histoire devient parfois un instrument de pouvoir, un moyen : elle est réécrite en fonction d’un « but supérieur » (propagande, culte du chef/1984 d’Orwell). Ceci montre la vulnérabilité de l’histoire comme science.
Le « pourquoi » du sujet ns invite à aller au-delà d’une simple énumération de causes. Ns devons ns interroger sur les csq de cette affirmation sur « la vérité historique » : Peut-elle exister ? Peut-elle vraiment être une fin en soi ? ou bien court-elle toujours le risque d’être soumise à des intérêts extérieurs ?

On voit aussi l’ambiguité de la formulation :

D’un coté, on peut répondre « oui », la « révision » de l’histoire fait partie intégrante du travail de l’historien. L’histoire ne peut pas être une science figée.

Mais d’un autre coté, on voit bien le danger de cet énoncé : Si l’histoire évolue sans cesse, est malléable, alors sa « scientificité » est nulle, elle se confond avec un discours idéologique (une fable ») (ex : négationnismes). Tout peut alors devenir « discours historique ».

MAIS on peut aussi discuter le présupposé : N'y a t-il pas un moment où on aurait "fini" d'écrire l'histoire ? càd des faits reconnus, vérifiés, indiscutables, sur lesquels il deviendrait impossible de revenir (ex : le génocide juif ou arménien).
Prétendre revenir sans cesse sur ces faits, les remettre en cause, deviendrait alors une attitude anti-scientifique, une croyance.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://cogito.forumculture.net
 
Pourquoi n'a t-on jamais fini d'écrire l'histoire ? (L-ES)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Cogito,entraide et échanges sur la philo :: DEVOIRS (METHODE, SUJETS, CORRIGES) :: Corrigés devoirs 2011-2012 :: Corrigés ex blanc janvier-
Sauter vers: