Cogito,entraide et échanges sur la philo

méthodes de devoirs,sujets-corrigés, dossiers thématiques, travaux d'élèves, expos, conseils de lecture...
 
AccueilAccueil  GalerieGalerie  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 La dissertation de Morgane

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
N. Vauthier (Admin)
Admin
avatar

Nombre de messages : 393
Date d'inscription : 19/09/2005

MessageSujet: La dissertation de Morgane   Mer 30 Nov - 14:46

Sujet : « Faut-il aimer pour respecter ? »


Le respect est un sentiment éprouvé face à une valeur ou une personne à laquelle on s'interdit de porter atteinte et de la transformer. Lorsqu'on aime quelque chose ou quelqu'un, on lui porte forcément du respect. Bien sûr, il existe différents degrés d'amour comme il existe plusieurs formes de respect. Pour ce dernier, on trouve le respect désintéressé, qui a une véritable valeur morale, et le respect intéressé. En ce qui concerne l'amour, pour prendre la distinction des Grecs anciens, on trouve l'amour éros, qui est un amour passionnel dans lequel on aime pour dans le but d'être aimé en retour. L'amour philia qui consiste à aimer et désirer seulement ce que l'on peut posséder ou que l'on a déjà. Et pour finir, l'amour agapé qui consiste à aimer tout ce qui nous entoure sans y chercher un intérêt personnel. Ce que l'on se demande ici, c'est si pour respecter quelqu'un ou quelque chose, nous sommes obligés de lui porter une forme d'amour? Tout d'abord, on pourrait penser que c'est le cas à cause du respect moral qui entraîne forcément l'amour donc on pourrait prendre cela pour un généralité et se dire qu'il faut aimer pour respecter, notamment à cause de l'amour philia et agapé, mais nous devons ensuite nous demander si dans le cas du respect intéressé, on aime toujours autrui?


Tout d'abord, il faut noter que l'on distingue différents types ou degrés d'amour. En effet, dans un premier temps, on parle d'amour agapé. Cet amour là, comme l'a dit Kant, est un don de soi, on aime la personne humaine en général. On aime autrui sans rien attendre de lui en retour, on l'aime pour le simple fait que c'est un être humain. On peut donc dire qu'on le respecte, on respecte tout ce qui nous entoure en général dans notre vie. Bien entendu, étant donné que l'on n'en attend rien en retour, on le qualifie de respect désintéressé. En effet, c'est l'amour de l'homme en général, donc le respect de tous. On peut prendre pour exemple le fait de dire bonjour à une personne, qui nous est inconnue, passant dans la rue. C'est de l'amour agapé, qui est donc une forme de respect. C'est un respect moral que nos parents nous on inculqué dès notre plus jeune âge. On peut donc dire que dans ce cas là on respecte car on éprouve une sorte d'amour envers l'objet de notre respect. Mais qu'en est-il des autres formes de l'amour?

En effet, la deuxième sorte d'amour qui existe est l'amour philia. Cette dernière consiste à aimer et désirer tout ce que l'on possède ou que l'on peut posséder. Dans cet amour là on est toujours heureux car on ne veut pas plus que ce que l'on a. En effet, on ne veut pas le changer ou l'adapter à notre vie. On peut prendre comme exemple les amis que l'on a, on les aime tel qu'ils sont, c'est d'ailleurs pour cela qu'ils sont nos amis. Comme l'a écrit André Comte-Sponville : « On aime les amis qu'on a comme ils sont, comme ils ne manquent pas ». En effet, on aime nos amis avec leurs défauts et leurs qualités, sans vouloir les changer, on les respecte. Dans ces conditions, on peut donc dire qu'il faut aimer pour respecter, car si on aime quelqu'un ou quelque chose, on le respecte. Si ce n'était pas le cas on chercherait à le transformer, à le modeler comme on souhaiterait qu'il soit. On ne l'aimerait ni ne le respecterait. On vient de démontrer que pour l'amour philia, il fallait aimer pour respecter, on a d'ailleurs pris en compte la notion d'amitié. Développons donc ce concept avant de passer à la dernière forme de l'amour.

L'amitié sincère, se partage le plus souvent entre des personnes semblables ( même statut social... ) En effet, d'après Aristote, elle n'est possible que dans ces conditions là, sinon, un déséquilibre, un malaise peut s'installer. Cette amitié est réciproque, chacun souhaite le bien et le bonheur de l'autre. Il s'agit d'un respect mutuel, dans lequel l'un éprouvera des sentiments personnels par rapport à ce qu'éprouve l'autre et vice et versa. Par exemple, si l'un de mes amis vient de perdre son père, il est triste, il souffre et bien je vais forcément être triste et souffrir avec lui. En effet puisque c'est quelqu'un de « semblable » à moi, je vais obligatoirement pouvoir comprendre ce qu'il ressent, et c'est pour cela que je le respecte. Dans ces conditions, on aime aussi pour respecter, mais n'est-ce pas une forme d'égoïsme, de respect intéressé? Étant donné que c'est une personne semblable à nous même, ne le respecte-t-on pas, pour nous respecter nous même?


Dans tous les cas que nous avons exposés, nous venons de démontrer que d'une certaine façon il fallait aimer pour respecter. Mais n'existe-t-il pas d'autres situations qui nous prouveraient le contraire, tels que l'amour éros ou encore le respect « par obligation »?


Tout d'abord, il nous reste un dernier cas de l'amour à exposer, l'amour éros. Dans ce cas là, on aime pour être aimé. On attend quelque chose d'autrui, on le respecte pour qu'il nous aime. Prenons l'exemple de la relation amoureuse, on veut posséder autrui, qu'il nous appartienne. On peut dire qu'on ne l'aime pas réellement, ce qu'on veut aimer à travers lui, c'est nous mêmes. En effet, on le respecte pour qu'il nous apporte quelque chose. Mais s'il refuse de nous apporter ce que l'on souhaite, on peut soit le laisser tomber et ne plus s'en préoccuper, ce qui prouve qu'on ne l'aimait pas réellement. Ou alors on va chercher à lui faire du mal, toujours dans le but de nous soulager nous. (on agit dans notre propre intérêt). Il s'agit donc là d'un respect intéressé sans réel amour d'autrui. On peut donc dire qu'on ne respecte pas autrui car on ne l'aime pas vraiment , car ce n'est pas autrui que l'on aime mais nous même.

D'autre part, il existe une forme de respect dans laquelle l'amour n'a pas réellement sa place. En effet, c'est ce que certains philosophes appellent « l'amitié entre inégaux ». Cela concerne par exemple les riches et les pauvres. En effet, les pauvres respectent les riches car ils ont un statut social plus élevé, et car ils savent qu'ils peuvent leur venir en aide. Ce qui ne peut pas être considéré comme de l'amitié proprement dire. C'est comme la relation directeur – ouvriers : ces derniers respectent le premier pour son statut et car il leur permet de travailler, ce n'est pas pour autant qu'ils l'apprécient. En effet, ce n'est pas de l'amitié, mais du respect basé sur l'inégalité. On accepte ces situations car nos parents nous ont toujours appris à respecter autrui, qu'on l'aime ou non, et quelque soit son statut social. C'est une sorte de « faux respect », car si le rapport de domination prenait fin, le respect lui aussi s'arrêterait.


En conclusion, on peut donc dire que même si dans la majorité des situations telles que l'amour agapé ou philia ou encore l'amitié sincère, il faut aimer pour respecter réellement et le plus moralement possible autrui, on a pu se rendre compte que ce n'était pas toujours le cas, surtout lorsque l'on parle de respect intéressé. On peut donc en conclure qu'il ne faut pas aimer pour respecter, effectivement on peut respecter par intérêt ce qui « enlève » l'amour sincère. On a pu aussi se rendre compte en faisant ce devoir qu'il fallait respecter pour aimer, mais est-ce toujours le cas?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://cogito.forumculture.net
 
La dissertation de Morgane
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Cogito,entraide et échanges sur la philo :: DEVOIRS (METHODE, SUJETS, CORRIGES) :: ARCHIVES SUJETS ET CORRECTIONS :: Réflexion sur des sujets de devoirs - Terminales L :: Deux devoirs d'élèves sur "faut-il aimer pour respecter ?"-
Sauter vers: